Variété

Laure Capri " Photo 21"

La première chanson de mon répertoire ? « Au clair de la lune»… Pas très original, c’est vrai, mais il faut bien un début à toute aventure !
Tout au long de mon adolescence, grâce à mes parents, j’ai découvert refrain après refrain, la chanson française et certains de ses « monstres sacrés » comme Barbara, Brassens, Brel, Gainsbourg, et tant d’autres.
Je me souviens encore de ce concert de Juliette Gréco au Corum de Montpellier en 2012 : une de mes premières leçons d’interprétation, mais quelle leçon ! J’ai encore tout à apprendre…

En participant dès l’âge de 8 ans, aux stages annuels multi-instruments, organisés tous les étés à St Clément de Rivière par Ludovick Bruck, j’ai abordé d’autres répertoires : bossa, pop, reggae, rock. Sous la direction de Philippe Lafon dit « Pilou », j’ai ainsi pu commencer à plaquer mes premiers accords sur une guitare électrique : les cordes « acier » ça change des cordes « nylon », mes doigts s’en souviennent… Ce dernier m’enseignera un peu plus tard, les rudiments de l’accompagnement à la guitare.

Santana, Bob Marley, Les Beatles n’ont rien à envier à nos monstres sacrés, mais avant tout, je retiens de ces stages, le plaisir de jouer en groupe et partager une semaine musicale avec des jeunes (voir très jeunes !) pianistes, batteurs, guitaristes, avec comme récompense, le concert de fin de stage. Bien sûr, j’étais déjà souvent préposée au chant…

Enfin, un autre moyen formidable de chanter, c’est pour moi de participer à des rassemblements de chant choral : « les Fous Chantants » à Alès et « les Nuits de Champagne » à Troyes.
Maxime le Forestier, Jean Jacques Goldman, Jean Louis Aubert, Tryo, furent quelques uns des artistes dont les répertoires ont été mis à l’honneur durant ces « semaines chantantes ».
Le travail préparatoire afin d’arriver à peu près prête, pour répéter encore et encore avec nos chefs de chœur, est intense. Mais en ligne de mire, il y a les  concerts et le plaisir de partager une belle aventure musicale avec les autres choristes et surtout celui d’apporter aux spectateurs un moment de bonheur.

Le projet sur lequel je travaillais depuis 2017, s’est concrétisé par un premier concert donné en juin 2018, à St Jean d’Alcapiès dans l’Aveyron à l’invitation du Castel d’Alzac. Je dis « je », mais je devrais plutôt dire « nous » car sans les qualités d’harmonisateur, mais aussi de pianiste, d’Antoine Houbron (rencontré durant les master-class de « Chansons Contemporaines » à Troyes), la tâche aurait été bien plus ardue ! Que de jours et de nuits passées, lui au piano, moi au chant, à mettre au point ces interprétations.